Le fort de Tourneville et le 329ème Régiment d'infanterie.
55 rue du 329e, 76600 Le Havre.



Le fort de Tourneville est une fortification de la ville du Havre, situé au 55 rue du 329e, construit entre 1854 et 1860 sur les hauteurs de la ville. Il servit de caserne militaire entre 1890 et 1976 et abrita les soldats du 329e régiment d'infanterie durant le premier conflit mondial. Il est l'une des trois casernes militaires de la ville du Havre (Caserne Kléber, fort de Saint-Adresse et celui de Tourneville). Chemin de route du 329e régiment Havrais Le 329e régiment d'infanterie fut constitué le 4 août 1914, comme régiment de réserve active du 129e régiment d'infanterie territoriale. 2 202 hommes de troupes et 38 officiers provenant de l'arrondissement du Havre, alors sous les ordres du lieutenant-colonel Thiry, le composent et sont rassemblés au fort de Tourneville. Une fois totalement mobilisé, le 329ème prend la direction de la gare le 10 août dès 4h30 du matin. Chaleureusement acclamé et escorté jusqu'à leur point de départ, les hommes du 329ème partent pour Clermont-les-Fermes, dans L'Aisne, où ils arriveront le lendemain. A peine arrivé, le régiment se dirige vers Vervins où il est affecté à la Ve armée dans le but d'atteindre la frontière Belge. Après la bataille de Charleroi, une victoire pour l'armée Allemande, il se replie avec l'armée Française et participe à la bataille de Guise, le 21 août 1914, cette fois remportée par les français et se retrouve alors dans le secteur de Provins. Peu après le 329e prend part à la bataille de la Marne, du 6 au 12 septembre 1914 où il perd plus de la moitié de ses effectifs. A partir d'avril 1915, après un passage dans la Somme, le régiment se dirige vers l'Artois et subit encore de lourdes pertes et est par conséquent mis au repos dans les Vosges durant l'été. De violentes batailles l'attendent ensuite en Champagne à Tahure et à Perthes-les-hurlus. Le régiment passe l'année 1916 dans l'Aisne, où il retournera en 1917 et participera aux mutineries qui concernèrent entre 30 000 et 40 000 hommes dans le courant de cette année. Des hommes du 329ème furent alors délégués pour organiser et diffuser pacifiquement l'idée d'un refus collectif d'obéir aux ordres dans les autres unités telles que le 129e régiment Havrais. Les mutineries prendront fin en juin 1917 et le 329e participera alors en juillet 1917 à la célèbre offensive du Chemin des Dames. (On sait qu'au total, 4 000 soldats français ont été jugés lors d'un conseil de guerre, 554 ont été condamnés à mort mais seulement 49 exécutions eurent réellement lieu). L'hiver passé, les hommes du 329e régiment combattent encore une fois en Champagne, puis dans la région D’Épernay et enfin près de Berry-au-Bac. Lors de la signature de l'armistice, le régiment se trouve en Lorraine et ne rentre au Havre qu'en 1919. Ce régiment, de nombreuses fois remanié et reformé, compte 2 086 pertes sur le champ de bataille.




Source : Jean legoy, Le peuple du Havre et son Histoire (1914-1940), Tome IV, Editions de l'Estuaire, 2012




Notice réalisée par Julia Aguila, classe de Première L2, 2013-2014.

Cliquer ici pour accéder à la carte complète de l'agglomération havraise pendant la Première Guerre mondiale.